Retrouvez l’article et d’autres en téléchargeant la lettre démocrate de la Manche n°2


 

Le 9 novembre 1989, la situation géopolitique est modifiée avec la chute du mur de Berlin et entraine l’affaiblissement de l’union soviétique. Des engagements tacites sont pris vis-à-vis de Moscou pour maintenir une zone tampon sécuritaire entre l’URSS et l’Union Européenne. En décembre 1991, la dislocation de l’URSS provoque le changement des zones d’influences de l’union soviétique et la chute des régimes communistes d’Europe centrale qui stupéfient le monde occidental.

 

Depuis 1 000 ans, l’Ukraine et la Crimée font partie intégrante de la Russie. La partie Est de ce pays est de tradition et de langue russe. Toutes les clauses du pacte de 1989 n‘ont pas été respectées, l’OTAN s’approche des frontières de la Russie avec la Pologne et la Roumanie. Poutine soutient les rebelles prorusses dans le bassin houiller du Donbass avec la fourniture de chars, d’orgues de Staline et l’envoi de volontaires venus de toute la Russie. Le conflit s’étend en direction de la Crimée qui est redevenue sous influence russe.

L’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie est une ligne rouge pour Moscou. La Russie veut retrouver son rang, son influence et envoie deux bombardiers Tu-95 près des côtes françaises en signe de provocation. Poutine craint une Ukraine épanouie et prospère. L’OTAN doit intensifier son engagement envers la Pologne et les pays baltes pour dissuader Poutine d’envisager des incursions plus poussées. Les conflits sur le front de l’Est, le Moyen Orient peuvent à tous instants évoluer vers des guerres mondialisées en fonction du partage des influences obtenues lors des accords de Yalta en février 1945

 

Jacques HUBERT