Retrouvez l’article et d’autres en téléchargeant la lettre démocrate de la Manche n°2


Les sondages publiés ces jours ci donnent le tournis. Ils troublent parce que les scores attribués au Front national ne cessent de croître, parce que la moitié des électeurs de l’UMP avouent des sympathies pour ce parti ou encore parce que l ‘incohérence de Nicolas Sarkozy semble plus porteuse que le sérieux et le sens des responsabilités d’Alain Juppé.

Mais les détails des opinions exprimées surprennent peut-être encore davantage. On y remarque en effet une sorte de disjonction entre les intentions de vote et l’adhésion aux programmes. Beaucoup de français semblent désirer des moments de victoires, de revanches peut-être, sans pour autant souhaiter la mise en œuvre de mesures pourtant emblématiques du discours politique de leurs champions.

Sans doute, cela pourrait être simplement la marque d’une volonté de protestations. Je crois que le danger est plus profond. Je crois que l’on assiste, sur notre droite, à d’inquiétants comportements du corps électoral. Cette soif de victoire géométrique (de n’importe qui mais de droite) est, comme à l’époque des idéologies fascistes, un réel danger pour la démocratie.

Le Partis socialiste qui trouve si profitable de nier l’existence du centre n’est pas exempt de responsabilité dans cette situation.

 

Pierre VOGT– Délégué départemental

 

 

Pierre Vogt

Conseiller régional de Normandie

Les derniers articles par Pierre Vogt (tout voir)