Jacqueline Gourault était l’invitée de Guillaume Durand ce matin sur Radio Classique et Paris Première. La ministre est revenue sur les deux drames qui ont touché la France : l’attentat de Trèbes, et le crime épouvantable dont a été victime Mireille Knoll.

 

Guillaume DURAND

Nous sommes avec Jacqueline GOURAULT, bonjour Madame.

 

Jacqueline GOURAULT

Bonjour.

 

Guillaume DURAND

Je rappelle que vous êtes la numéro 2 du ministère de l’Intérieur et que nous allons parler évidemment de tout ce qui se passe en ce moment et qui agite beaucoup ceux qui nous écoutent sur l’antenne de Radio Classique, et la Nation toute entière, avec un hommage tout à fait réussi ce matin, et une manifestation assez compliquée hier soir.

(…) Chronique de Guillaume TABARD.

 

Guillaume DURAND

Bienvenue Madame GOURAULT. Est-ce que ce qui s’est passé hier soir a détruit ce qui a été dit hier matin ?

 

Jacqueline GOURAULT

Non, bien sûr que non, bien sûr que non, mais en même temps vous avez raison de poser cette question, parce qu’il ne faut pas tomber dans la polémique, il faut simplement rappeler pourquoi cette marche a eu lieu, c’est ça l’essentiel, c’est-à-dire cette marche a eu lieu pour lutter contre l’antisémitisme. Et je pense que ce ne sont pas que des questions secondaires qui font polémique, il faut revenir à l’essentiel.

 

Guillaume DURAND

Mais dans ce cas-là il y a la question aussi de la position du CRIF. Manuel VALLS a répété à plusieurs reprises que la France – il faut être  très précis dans cette affaire-là – en dehors d’Israël, était le pays où les attaques contre la communauté juive étaient les plus fortes dans le monde entier. Donc, est-ce que, dans ces conditions-là, on ne peut pas comprendre le CRIF, qui ne dit pas que la France Insoumise ou le Front national sont tous des antisémites, mais qui considère que, à travers le combat contre Israël, il y a quand même des traces d’antisémitisme qui sont dangereuses. En fait, qui a raison dans cette affaire ?

 

Jacqueline GOURAULT

C’est très compliqué, parce qu’on peut comprendre la communauté juive, car effectivement les événements récents ont montré, depuis plusieurs années, qu’il y a un relent, plus qu’un relent, d’antisémitisme en France, il y a même des juifs qui quittent la France par peur de vivre quotidiennement en France et par peur que leur famille soit attaquée. Mais, en même temps, comme l’a dit à l’instant Guillaume TABARD, quand on veut rassembler il faut accueillir tout le monde, et il faut, dans une manifestation comme celle-ci…

 

Guillaume DURAND

Donc il a eu tort le président du CRIF quand même.

 

Jacqueline GOURAULT

Je pense qu’il a peut-être exagéré.

 

Guillaume DURAND

N’ayez pas peur des mots.

 

Jacqueline GOURAULT

Oui, il a exagéré en excluant d’office certains, en même temps on peut comprendre que la communauté soit très sensible aux arguments politiques des uns et des autres, et comme l’a dit Guillaume TABARD, aux positions, par exemple, anti-israéliennes de Jean-Luc MELENCHON. Mais, tout ça, en un jour comme celui d’hier, de rassemblement, de recueillement, il faut savoir, effectivement, rassembler. Je crois que ça fait beaucoup plus de mal que de bien, parce que finalement ils seraient venus sans qu’on les pousse à partir, ça aurait fait moins de bruit et ça aurait été mieux.

 

Guillaume DURAND

Je voudrais qu’on écoute justement, pour donner un peu une image, enfin tout le monde a vu ça à la télévision, mais c’est toujours important de rapporter quand ces journées sont importantes, ce qui s’est passé. Par exemple, prenons l’exemple de ce qu’a dit, un extrait, de l’exemple de ce qu’a dit Emmanuel MACRON dans la matinée.

 

Emmanuel MACRON

Nous l’emporterons grâce au calme et à la résilience des Français. Nous l’emporterons par la cohésion d’une Nation rassemblée.

Intervenants dans la foule

Dégagez… honte à vous. MELENCHON dehors…

 

Guillaume DURAND

Comme vous le voyez, le rapprochement entre ces deux ambiances prouve qu’il y a quand même une sorte de confusion générale dans le pays.

 

Jacqueline GOURAULT

Oui, d’autant plus que Jean-Luc MELENCHON avait fait une intervention à l’Assemblée nationale, aux questions d’actualité, qui était, comment on dit, très républicaine et très rassembleuse.

 

Guillaume DURAND

Donc il y a quand même un problème avec ce qu’a voulu faire le CRIF, qui a dégénéré.

 

Jacqueline GOURAULT

Oui, mais en même temps je veux dire, je crois que…

 

Guillaume DURAND

Je l’ai dit en précisant justement que la France était le pays où les attentats contre la communauté juive étaient les plus importants au monde.

 

Jacqueline GOURAULT

Voilà, c’est une question d’équilibre. On peut comprendre les craintes de la communauté juive et en même temps il faut bien évidemment accueillir en un moment aussi solennel, tous ceux qui veulent se rassembler.

 

Guillaume DURAND

Vous êtes la numéro 2 du ministère de l’Intérieur, passons maintenant à la lutte contre justement le terrorisme islamiste. Est-ce qu’il est à l’étude actuellement, dans votre ministère, ou à l’Elysée, est-ce qu’il est à l’étude une idée de surveiller plus étroitement les fichés S, ou l’autre fichier, car il y a un autre fichier, et est-ce qu’il est aussi à l’étude d’expulser ceux qui seraient les plus dangereux parmi les dangereux ?

 

Jacqueline GOURAULT

Alors, il n’est pas à l’étude, il est, dans les faits, une politique qui est menée quotidiennement pour surveiller ceux qui sont fichés S par la police ou qui sont dans le fichier FSPRT, qui contient à peu près 11.000 noms (fiches actives), et ce fichier est un fichier où on peut…

 

Guillaume DURAND

Quelle est la différence, Madame ?

 

Jacqueline GOURAULT

Alors, les fichés S c’est un fichier policier, le FSPRT c’est le fichier qui sert à lutter contre le radicalisme et contre l’islamisme. Et il y a plusieurs niveaux, parce que dans ce fichier, par exemple, on peut aussi trouver des gens qui sont entrés dans ce fichier parce que vous appelez le numéro vert qui est à la disposition de tous les citoyens français pour dire que vous avez remarqué que votre voisin, etc., etc., et ensuite tout cela est évidemment étudié par les services de renseignement. Je voudrais, à ce moment-là de la discussion, dire le rôle quotidien que mènent les services de renseignement pour contrôler, sur l’ensemble du territoire…

 

Guillaume DURAND

Donc, si je vous comprends bien, on ne fait pas plus, que ce qu’on fait actuellement, parce qu’il y a une émotion considérable dans le pays, des choses ont été faites et continuent à être faites.

 

Jacqueline GOURAULT

Et continuent… ce qu’il y a, je crois, sur lequel on peut insister, c’est le renforcement des moyens. Vous savez que le président de la République a annoncé 10.000 policiers et gendarmes de plus pendant le quinquennat, et à l’intérieur de ces 10.000 policiers et gendarmes, il y en a 1900 qui sont destinés à renforcer le renseignement, c’est quelque chose de très important. Et j’ajoute, parce que je crois que ça peut aussi rassurer les Français de savoir cela, que le budget de fonctionnement de la DGSI a été renforcé de 17 % entre 2017 et 2018.

 

Guillaume DURAND

Nous sommes avec Madame GOURAULT, la numéro 2 du ministère de l’Intérieur. Vous avez entendu, enfin vous écoutez les Français, vous lisez la presse de ce matin, il y a quand même, par exemple à propos de celui qui a agi, il y a quand même beaucoup d’interrogations, les gens se demandent comment il passe à travers les mailles du filet. Et, sur le plan politique, il y a les attaques de Laurent WAUQUIEZ et de Marine LE PEN qui sont claires, qui considèrent que vous, pas vous Madame GOURAULT, mais le gouvernement, vous êtes une joyeuse bande de naïfs, qu’il faut mettre les plus dangereux en rétention, c’est-à-dire, dans les deux fichiers dont on vient de parler, il y en a 2000 qui sont considérés par les deux fichiers comme très dangereux, il faut les mettre en rétention, et les autres, évidemment, s’ils ne sont pas Français on les expulse, et s’ils sont Français il faut qu’on trouve une solution. Donc, c’est ça l’accusation.

 

Jacqueline GOURAULT

Oui, j’entends bien ce qui est dit, simplement nous sommes dans un Etat de droit, et on n’arrête pas les gens comme cela, on ne les met pas en prison comme cela, pour un oui ou pour non, parce qu’autrement on passe la ligne rouge. Donc tout est, comment dire, une question de respect du droit, et en même temps de moyens, et de lois bien évidemment, et respect du droit, et vous savez que nous avons voté une nouvelle loi en novembre, ou octobre, 2017, la loi sécurité intérieure, où nous nous sommes donnés les moyens d’avoir, je dirais hors de la gestion du temps d’urgence, de l’état d’urgence, d’avoir des moyens supplémentaires pour surveiller ceux qui sont dans un fichier, ou ceux qui sont fichés S. Mais, vous savez très bien que, et tout le monde le sait, et tous les Français les savent, que certains peuvent échapper effectivement à ces radars multiples et nombreux. Ceci dit, depuis le 30 octobre 2017, nous avons quand même évité cinq attentats, je dis bien cinq attentats.

 

Guillaume DURAND

Oui, Le Monde donnait hier, par exemple, que depuis le début du conflit syrien – donc ils font un bilan 2013-2018 – il y a 11 attentats qui ont abouti, on les connaît tous, Bataclan, et les autres, attentats tragiques, 17 ont échoué et 50 ont été déjoués, ce sont plutôt des bons résultats et qui prouvent donc que tous ceux qui défendent, comme Arnaud BELTRAME, font un travail. Mais, est-ce que nous ne sommes pas, et ce sera ma dernière question Madame, dans le contexte d’aujourd’hui, avec ce qui se passe, condamnés, à terme, à vivre comme un pays comme Israël, c’est-à-dire à vivre tous, pas simplement les forces de l’ordre, mais les citoyens, sur le qui-vive ?

 

Jacqueline GOURAULT

Si. Je crois que le président de la République, dans son magnifique discours, l’a dit hier, il a mis la notion de temps, en disant que ce combat serait long, pour combattre « l’hydre islamiste. » Et je pense que cette affirmation montre bien que nous sommes entrés dans une période où tous les Français, bien sûr ceux qui en font le métier, les policiers, les gendarmes, etc., les membres du gouvernement, doivent tout faire pour protéger les Français, mais je crois que les citoyens Français doivent aussi comprendre qu’ils ont aussi le devoir et ils doivent avoir le réflexe, aussi…

 

Guillaume DURAND

De participer à une certaine forme d’autodéfense.

 

Jacqueline GOURAULT

De participer à une certaine, oui…

 

Guillaume DURAND

Ce qu’on appelle les primo-intervenants en Israël.

 

Jacqueline GOURAULT

Absolument, et, au fond, c’est quelque chose que la France a déjà connu dans son Histoire, et nous sommes certains que nous vaincrons ce nouveau danger, ce nouveau…

 

Guillaume DURAND

Des gens ont employé des mots plus forts, « fascisme vert. »

 

Jacqueline GOURAULT

Ce terrorisme qui a encore frappé ces jours dernier. Et je voudrais terminer par rendre hommage bien sûr au Colonel BELTRAME, qui a été un héros et qui, je crois, comme l’a dit le président de la République, sera un exemple pour notre pays et pour la jeunesse.

 

Guillaume DURAND

Merci beaucoup Jacqueline GOURAULT, numéro 2 du ministère de l’Intérieur, sur l’antenne Radio Classique et de Paris Première.

Voir l’article sur le site national.