Extrait du discours de Laurent Pien, maire de Condé-sur-Vire, à l’occasion des commémorations du 8 Mai dans sa commune.

Seulement 20 ans après la tragédie de la première guerre mondiale, et bien que l’armistice en 1918, vécu par les allemands comme une humiliation, contenait déjà les germes de la seconde guerre mondiale, comment avons-nous pu retomber dans l’horreur qui par le jeu des alliances entre nations a embrasé le monde entier semant la mort et la désolation ?

En effet, comment est-ce possible ?… Il est nous difficile de répondre à cette question, par contre il est une chose dont nous sommes convaincu, c’est qu’il est de notre devoir de commémorer les moments tragiques de notre histoire. Est-ce ainsi que nous pourrons éviter à nouveau un conflit au sein de l’Europe ?…Osons l’espérer !

Il est beaucoup question actuellement de l’organisation européenne. Il aura fallu, 1870, 14-18 et 39-45, pour que l’Europe face le choix audacieux mais aussi salvateur, d’une communauté des états Européens afin de se prémunir contre les tentations nationalistes. C’est là, le sens profond de la construction de l’Union Européenne. Et pourtant, la montée du communautarisme auquel nous assistons depuis quelques années, nous appelle à la vigilance.

Regain d’actes antisémites en Europe, Martyr des chrétiens d’Orient, Dictatures imposées par des Islamistes radicaux en Afrique. Autant de signaux d’alertes que nous devons prendre au sérieux et rappeler à chacun d’entre nous nos devoirs de respect de notre idéal républicain. Et qui mieux que Romain Gary a caractérisé cet idéal républicain : « La différence entre le patriotisme et le nationalisme, c’est que le patriotisme c’est l’amour des siens, et le nationalisme, c’est la haine des autres ».