En ce 9 mai, beaucoup de personnes vont profiter de ces quelques jours de congés pour partir en vacances : Barcelone, Rome ou Bruxelles? Pourquoi pas Porto ou Athènes?

L’Union européenne c’est d’abord la libre circulation des personnes, consacrée par l’article 20 du traité sur l’UE. Les frontières sont devenues invisibles et les flux sont permanents. Nous pouvons voyager facilement chez nos voisins sans visa mais nous pouvons aussi accueillir les touristes européens ici. En 2014, une entreprise sur dix de l’économie marchande non financière était active dans le secteur du tourisme <source eurostat>.

Le Brexit va fragiliser le secteur notamment dans nos régions voisines de la mer de la Manche. Dans un récent article du figaro de 2017, les deux régions Normandie et Bretagne constatent déjà une baisse de la fréquentation britannique qui reste encore la première clientèle étrangère. Avec le trafic ferries à destination de Cherbourg, Ouistreham, Le Havre et Dieppe, c’est plus de deux millions de personnes qui débarquent en France. La situation des expatriés britanniques va être aussi une préoccupation car ils sont 9000 expatriés en Normandie à qui on doit ajouter 6000 résidences secondaires <source AUCAME>. Ces personnes injectent dans l’économie locale leur pouvoir d’achat.

L’Europe est donc le plus grand facteur de stabilité de notre économie et trop souvent nous oublions ce confort. Nous le devons à la volonté d’hommes et de femmes qui ont su changer les mentalités de confrontation pour privilégier la coopération. Alors profitez, voyagez !

Laurent Enguehard