Sarah El Haïry, députée de Loire-Atlantique et porte-parole du Mouvement Démocrate, est revenue hier, à notre point presse hebdomadaire, sur l’importance de la banque de la démocratie.

« Les propos de Mme Belloubet sur l’abandon de la banque de la démocratie ne sont pas acceptables en l’état. On enterre ce projet sans débat, et simplement avec un avis de l’administration. Ce ne sera pas si simple. 

Premièrement, c’était un engagement du président de la République. 

De plus, cela a été voté.

Nous continuerons donc à soutenir la proposition de François Bayrou. »

POURQUOI UNE BANQUE DE LA DEMOCRATIE ?

« La banque de la démocratie représente un besoin crucial aujourd’hui en termes de financements publics. Elle est une réponse concrète, nécessaire, et presque constitutionnelle. Il suffit de relire l’article 4 de la Constitution pour le vérifier : 

 « Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi. 

La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. » 

CE QUE LA BANQUE DE LA DEMOCRATIE PERMET

« La banque de la démocratie permet :

–       d’éviter de donner aux banques le droit de vie ou de mort sur les partis politiques ;

–      la garantie pour tous de pouvoir être candidat, car pour cela, les banques vous demandent si vous êtes solvables. On voit bien les limites que cela implique. Se voir refuser une candidature par manque d’argent, c’est antidémocratique. La banque de la démocratie permettrait de ne pas favoriser les plus riches…

À ces éléments, la banque de la démocratie apporte des réponses concrètes et pertinentes, dans l’intérêt de la démocratie et de la République.

En permettant aux différents partis politiques de vivre, on favorise la représentativité de toutes les sensibilités politiques de la France.

Ainsi, nous recréerons un pacte de confiance entre les citoyens et les élus. C’est en quelque sorte redonner de la force et de la vigueur, au sentiment d’appartenance à la Nation. 

Ce n’est pas qu’une simple question de financements. La banque de la démocratie est un outil nécessaire à la bonne santé de la démocratie.

Nous croyons au pluralisme. 

Nous croyons à une démocratie forte, vivante et qui n’exclut personne. 

La banque de la démocratie n’est pas enterrée. Nous allons la défendre à travers des amendements ou par une proposition de loi du groupe MoDem. »

 

Sarah El Haïry, députée de Loire-Atlantique et porte-parole du Mouvement Démocrate.

Voir l’article sur le site du mouvement national.