Suite à la nomination de François de Rugy au gouvernement, une élection est prévue pour la présidence de l’Assemblée Nationale. Le Mouvement Démocrate a décidé de proposer la candidature de Marc Fesneau, chef de file des députés MoDem. Retrouvez ci-dessous sa lettre de candidature.

« Chère collègue, cher collègue,
Appuyé par la volonté unanime du groupe auquel j’appartiens, et après avoir échangé avec certains d’entre vous, j’ai décidé d’être candidat à la présidence de notre assemblée. Je suis, comme vous le savez, pleinement membre de la majorité. Mais cette candidature n’est pas celle d’un camp. Elle est encore moins la volonté de présenter une candidature contre tel ou telle. C’est l’absolu contraire du sens de mon engagement politique.
Je sais, de mon expérience d’élu local, la nécessité de privilégier les dépassements quand on a la charge d’animer, d’incarner et de présider une assemblée.
Cette candidature manifeste la volonté que nous sommes nombreux à partager, je le crois, par-delà les clivages naturels, de faire de notre assemblée le pivot du débat démocratique.
Le travail de la représentation nationale n’est pas assez connu. Dans le climat actuel, trop souvent injuste à l’égard du travail des parlementaires, une ambition m’anime : assumer notre rôle auprès de nos concitoyens et conforter l’efficacité de notre assemblée. Votre engagement, sur chacun de nos bancs, y participe. J’en serai le garant et le défenseur.
Et pour cela nous devons aussi faire en sorte, dans le débat institutionnel qui s’ouvrira à nouveau dans les prochains mois, de renforcer les pouvoirs du parlement, d’affirmer les droits de tous les groupes et de chaque parlementaire, de poser les bases de rapports équilibrés entre l’exécutif et le législatif. Un parlement fort est le meilleur garant d’une démocratie saine et modernisée.
Je souhaite être le président garant d’un dialogue renouvelé au sein de notre institution, de notre capacité à débattre, à assumer les divergences. Mais aussi à être capables de se rassembler, quand il le faut, pour réformer le pays ou quand l’intérêt supérieur de la nation l’exige.
Tel est le sens de cette nouvelle présidence. Conforter notre institution pour renforcer notre démocratie. Garantir les droits de tous. Être le président de chacune et chacun d’entre vous et porter une vision nouvelle de notre Assemblée nationale.

Je vous prie de croire, chère collègue, cher collègue, en l’assurance de mon plus profond respect.

Marc Fesneau »

Voir l’article du JDD.