La paix n’est plus un acquis.
Depuis 10 ans, la Russie multiplie les interventions armées. De nouvelles puissances voient leurs dépenses militaires s’accroître considérablement.
Le Moyen-Orient et le Sahel restent instables. Les États-Unis menacent pour la première fois de se désengager de la défense de l’Europe.
Il est temps de construire une capacité d’action européenne, en complément de l’OTAN.
Les défis ne viennent pas uniquement de grandes puissances. Le terrorisme, le crime organisé et la cybercriminalité ne peuvent être
combattus sans davantage de coopération entre nos États.
L’Europe doit devenir un maillon fort de notre sécurité.
Notre priorité sera d’avancer vers l’armée européenne.
Chaque pays doit conserver son armée et sa capacité à lancer des opérations militaires.
Mais nous devons progresser vers une capacité d’intervention commune.
Cette nouvelle Europe de la défense sera définie dans un Traité de défense et de sécurité : augmentation des dépenses militaires, clause de défense mutuelle rendue opérationnelle, Conseil de sécurité européen associant le Royaume‑Uni pour préparer nos décisions collectives.

NOUS ADAPTERONS LES ARMÉES EUROPÉENNES
AUX NOUVELLES MENACES

– Créer un cyber-bouclier européen, avec une cyber-police contre la criminalité sur Internet et un soutien mutuel entre États en cas d’attaque
informatique.
– Développer une politique spatiale européenne souveraine avec une stratégie et des investissements communs.
– Investir en commun dans les équipements du futur (drones, chars) et mettre en place une préférence européenne pour nos industries.


NOUS DONNERONS DE NOUVEAUX MOYENS
À LA JUSTICE ET À LA POLICE EUROPÉENNES

– Obliger les plateformes numériques et les réseaux sociaux à
retirer tout contenu terroriste, pédopornographique, et de haine
raciste et antisémite.
– Créer une Agence européenne de protection des démocraties contre les attaques, les manipulations et la désinformation.
D’ici 2020, il faudra veiller au bon déroulement de 50 élections nationales ou locales en Europe.
– Faire d’Europol une véritable police criminelle européenne.
Elle aura les pouvoirs d’initier et de suivre les enquêtes qui traversent plusieurs États membres.
– Étendre les pouvoirs du Parquet européen pour coordonner les
enquêtes concernant les crimes transfrontaliers (terrorisme, mafia, criminalité en col blanc, etc.).


NOUS INTENSIFIERONS LA LUTTE
CONTRE LE TERRORISME AU NIVEAU EUROPÉEN

– Créer un registre judiciaire antiterroriste commun pour
partager les informations.
– Renforcer le contrôle des mouvements financiers pour assécher
les financements des terroristes.